Do you Linux ?


La masotte de Linux : Tux le Manchot.

Je vais commencer dans le ton  » solennel » et rappeler la définition du service radioamateur dans le Règlement des radiocommunications, le fameux R.R.

 »
1.56 : service d’amateur: Service de radiocommunication ayant pour objet l’instruction individuelle, l’intercommunication et les études techniques, effectué par des amateurs, c’est-à-dire par des personnes dûment autorisées, s’intéressant à la technique de la radioélectricité à titre uniquement personnel et sans intérêt pécuniaire. « 

Pour ceux que ça intéresse, la source :

http://search.itu.int/history/HistoryDigitalCollectionDocLibrary/1.41.48.fr.201.pdf

Le rapport avec Linux ?

J’ y viens: si on traduit en langage plus familier le texte du RR nous sommes des curieux, bricoleurs, qui aimons apprendre des choses et les partager librement, surtout dans le domaine de la radio, mais pas que :

Un bon radioamateur est aussi un peu menuisier, voire ferronnier, soudeur , mécano, …

Et de plus en plus, il est bon d’ être un peu calé en informatique pour suivre l’ évolution vers les techniques de transmissions numériques, ou c’ est l’ ordinateur qui fabrique les données et les formate avant qu’ elles passent  » dans le tuyau. »

C’ est l’ ordi qui le fait, a condition quand même de lui dire quoi faire.

Donc, il faut savoir causer l’ Ordinateur !

Il faut reconnaitre que Windows, le système d’ exploitation le plus répandu, est fait pour être utilisé par tous, même sans avoir un doctorat en informatique.

Du coup, beaucoup de programmes ( pardon : d’ applis !) sont développés pour faciliter les taches que l’ on veut effectuer, et c’ est bien pratique.

Un inconvénient quand même : Windows est un système propriétaire, protégé contre la copie et le piratage, ainsi que contre la modification dudit système ; vous n’ êtes propriétaire que d’ un droit d’ usage du produit microsoft, et si vous trouvez un moyen de le modifier à votre sauce, même si vous n’ en vendez aucune copie, c’ est illégal.

Alors, pour un radioamateur qui démonte et modifie tout ce qu’ il achète, avouez que c’ est frustrant.

Oui, mais des OS ( Operating system ), il y en a d’ autre !!

Oui, tiens, par exemple Mac !

Tnuuut ! Mauvaise réponse : Mac est propriétaire itou ! Damned !

Eh, partez pas : y’ a Linux !

Linux est en fait une grande famille d’ OS open source, basé sur le noyau Unix. Je fais simplistissime, si vous voulez savoir plus , confere Wiki, Gloogloo etc…

Open source ques a quo ?

C’ est tout l’ intérèt de cette grande famille : c’ est gratuit, on peut tout modifier si on sait ce qu’ on fait, et on peut partager ses modifs, améliorations, et autres forks, sans risquer de prendre un procès carabiné en violation du Copyright.

C est comme la radio de papa, suffit d’ ôter les quatre vis du couvercle, et vous y êtes,  » you’re in like Flinn » comme on dit aux antipodes.

Alors, ‘ est sûr, ça change un peu, on est perdu au début, mais, en fait ça ressemble quand même pas mal à ce qu’ on avait l’ habitude d’ avoir: un bureau, des icônes, des fichiers, un navigateur, une boite mail, tout, quoi.

Mais par exemple, tout est customisable, du bureau, au navigateur, les utilisateurs, le matériel, tout, je vous dis !

Le tout, c’ est d’ étudier un peu comment ça fonctionne, c’ est comme tout, il faut commencer par le début.

Le début, disais-je, voyons, voyons, ça se présente comment, Linux, et on trouve ça ou ?

Comme je disais, des Linux, il y en a plein, toutes fonctionnent, mais elles ont chacun un petit truc différent .Ils ont plein de noms marrant, Suze, Mint, Mandriva, Ubuntu, Kali .

Par exemple Suze et Mandriva sont des versions  » historiques », qui datent des débuts, mais qui sont toujours maintenues par une communauté importante de développeurs.Je ne vous conseille pas vraiment de commencer par ces versions, ou par Kali, la version spécialisée  » hacker » qui nécessitent de mettre bien plus  » les mains dans le cambouis », et du coup sont moins faciles à appréhender par un débutant. Je conseillerais plus Debian, et la petite soeur Raspbian, née de l’ union de Tux avec une tarte à la framboise ( raspberry pi ), ou Ubuntu, la mouture spéciale PC.

Mais puisqu’ il faut choisir, laissez moi vous présenter Ubuntu :

Comme je vous disais, Ubuntu est la version la plus proche de ce que vous avez l’ habitude d’ avoir avec votre PC sous Windows, un Bureau avec des icônes, barre de tâches, navigateur, mail, tout, quoi.

Le bureau est configurable: par défaut le bureau de Ubuntu est « Gnome », mais vous pouvez choisir d’ installer « Unity », je vous l’ ai dit, sous Linux, c’ est vous qui choisissez, des fois c’ est dur de choisir quand on a trop de choix, mais on va pas se plaindre d’ être trop libre, non?

Pour vous faire une idée de ce que ça ressemble, un bureau Linux, voir ce lien :https://doc.ubuntu-fr.org/environnements

La page de référence sur Gnome :https://doc.ubuntu-fr.org/gnome

Bon, ok, le bureau est joli, mais ça ressemble à quoi, derrière ?

alors, là, on a plusieurs choix :

  • Si vous n’ êtes pas bien sûr de vouloir installer un nouvel OS, avec tous les obstacles que ça peut représenter, peur de perdre des fichiers perso importants … vous pouvez graver une  » image » de Ubuntu ( une sorte de kit tout prêt à installer, un « panier picnic », avec tout dedans, il y a plus qu’ a étendre le nappe et poser les assiettes.) sur un DVD, ou sur une clé USB, et lancer Ubuntu depuis ce support sans toucher à votre PC. Cela pose certains problèmes, souvent de lenteur d’ exécution, de  » lag », mais ça tourne quand même bien, suffisament pour se faire la main et découvrir votre nouvel OS.
  • Vous pouvez également décider, immédiatement ou ultérieurement, d’ installer pour de bon l’ image de votre DVD ou dongle USB, en OS unique ou en  » double boot », avec au démarrage une invite de choisir entre votre Windows habituel et Ubuntu.Personnellement, je ne recommande pas le double boot, ayant eu des soucis, instabilités, problèmes de hardware mal reconnus, etc…, en plus du risque réel d’ endommager le disque lors de la partition nécessaire au double boot. On trouve des PC d’ occase pour pas bien cher qui serviront à installer un système unique, tout propre avec plein de place pour bricoler.
  • Une bonne solution également pour se faire une idée sans installer, ou pour tester des trucs depuis un windows : la VM : la machine virtuelle.C’ est un logiciel qui tourne donc sous votre windows et qui  » émule » un système linux à l’ intérieur d’ une fenètre windows.Il y en a plusieurs, perso, j’ utilise VirtualBox, gratuit, et une image ubuntu libre également, à trouver sur la page de la fondation Ubuntu.Vous pouvez charger plusieurs moutures de Linux et les essayer, voir les différences, et faire votre choix pour un système permanent.L’ émulation rend l’ exécution un peu plus lente qu’avec l’ install sur le disque, mais ça marche bien, si le PC n’ est pas un pentium 100.La taille de l’ image Ubuntu 19.10 LTS ( Long Term Support, 5 ans de mise à jour garanti, voire plus) est d’ environ 4.2 Go.

Bon, disons qu’ on va installer Ubuntu en permanent sur un vieux PC : première chose : télécharger l’ image disque, ici :https://ubuntu.com/#download

Choisissez Ubuntu Desktop 20.04 LTS, cliquez pour télécharger, dans les téléchargements ou un dossier de votre choix. Ca prend un certain temps, comme le f^t du canon, ça dépend de votre onnexion, les veinards de la fibre attendront 3 minutes, ceux qui ont internet par les corbeaux en auront pour une journée, au pire, vous demandez à un pote de le faire pour vous et de graver l’ image en utilisant un utilitaire spécial, moi, j’ uitilise Etcher https://www.01net.com/telecharger/windows/Utilitaire/disque_dur_cdrom_dvd/fiches/135013.html mais d’ autres sont dispo, comme Rufus ( google it !)

Ensuite, insérez le DVD gravé dans le lecteur et redémarrez l’ ordi.En principe, il doit démarrer automatiquement sur l’ image du DVD, sinon redémarrez et appuyez comme un forcené sur F12, F2, F8 selon votre Pc jusqu’ à l’ apparition du menu du Grub et choisissez la séquence de boot correspondante au support, DVD, clé USB à booter en premier. N’ oubliez pas de sauvegarder et redémarrez, cette fois ça doit marcher. Vous allez tomber sur un écran noir avec quelques choix proposés, choisissez d’ abord  » essayer sans installer », vous ferez l’ install quand vous aurez vu si ça maarhe avec votre PC ( on ne sait jamais ).

Si ça vous plait, choisissez  » Installer Ubuntu », et laissez vous guider, ‘ est assez simple.

Mouais, simple, simple, faut voir. Si vous ne vous sentez pas bien sûr, faites vous aider par quelqu’ un qui l’ a déjà fait, il vous apprendra quelques petits trucs en même temps. Ou bien suive ce tutoriel, https://ubuntu.com/tutorials/install-ubuntu-desktop#1-overview

Bon, je vais m’ arrêter là pour aujourd’hui, dans un prochain article, je vous donnerai quelques trucs pour démarrer et vous y retrouver dans ce nouvel environnement, ainsi que des liens vers diverses sources de documentations importantes, et des cours et tutos pour dompter la bête et devenir un crack, un vrai  » Linuxien » .

Hope you enjoyed, please comment, share, like, and as always, thanks for reading !

73

Antoine, de F8EBL.

5 pensées sur “Do you Linux ?

  • 25/10/2020 à 10:49
    Permalink

    Merci Antoine pour cet article, ça donne envie de remonter un PC dédié, je vais me mettre à l’ouvrage !

  • 29/10/2020 à 17:37
    Permalink

    Merci Antoine pour cet excellent article technique.
    Mais tu as dit « Linux » ? ….Aïe…..Aïe….Aïe….!
    Cela me rappelle les affres que nous avons connues, il y a dix années, quand Philippe F1AMU a essayé de nous initier à la réception SDR, via ce nouvel OS open.
    Bon, c’était le début de Linux qui fallait configurer, lancer toutes les commandes manuellement, comme sous MS/DOS.
    Peut être que le système s’est bien assagi, car d’après l’article d’Antoine, cet OS est très volumineux à charger. A notre époque, l’OS + les programmes de réception et les autres utilitaires, tenaient très largement sur une clé USB bootable de 4 Go !
    Le PC portable utilisé à l’époque existe toujours. Pendant le confinement, pourquoi ne pas refaire une tentative… 🙂

    73’s

  • 30/10/2020 à 11:15
    Permalink

    Bonjour !
    J’ ai laissé un CD au club, Gilles, si tu as l’ occasion de passer, prends le et regarde si ça marche pour toi.
    C’est ballot, ce confinement, je comptais faire un essai avec Noam ce samedi, mais du coup, c’ est raté !
    Tiens à propos, Noam, si tu lis ça, il existe une image ISO précompilée avec la suite GNURadio toute installée, récupère l’ image ici :
    https://www.gnuradio.org/blog/2016-05-28-using-gnu-radio-live-sdr-environment/
    et l’ utilitaire UNetbootin qui te permettra de créer une clé USB bootable,
    https://doc.ubuntu-fr.org/unetbootin
    c’ est à dire que tu n’auras plus qu’ à inserer la clé et démarrer ton PC, et il demarrera directement sur l’ image Linux de la clé.
    Juste un truc, si je ne l’ ai pas dit : il peut être nécessaire de paramètrer le GRUB en changeant l’ ordre de boot, et demander de booter sur l’ USB en premier.Il ne faut pas faire d’ erreur et bien penser à sauvegarder avant de redémarrer.
    Pour Alain, pas de panique, tu n’ es pas obligé d’ utiliser la ligne de commande pour utiliser Ubuntu,
    comme je le dis dans l’ article, il y a une belle interface graphique, tout comme dans Windows, et tout peut se faire à la souris et au clavier.Tiens, à propos, j’ ai dit une connerie, le bureau par défaut n’ est plus Gnome, mais Unity. Mais ça se change aisément, et c’ est une question de préférence personnelle, le résultat est le même : une belle interface graphique facile à utiliser et très proche de ce qu’ on retrouve dans les autre OS, Win, Apple, et Android .
    Si vous vous lancez dans une install, n’ oubliez pas de sauvegarder tous vos fichiers importants, you never know…
    f8ebl

  • 06/11/2020 à 18:55
    Permalink

    Je ne suis pas encore repassé au club (faut trouver un motif !) à l’occasion je te dis.
    F1EFW

  • 06/11/2020 à 18:55
    Permalink

    Pourquoi pas ! tu nous raconteras.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.